Stage intensif avec Pandit Ashimbandhu BHATTACHARYA, Cité de la Musique, Marseille - 2016


Kathak

Le Kathak est la forme de danse classique dominante dans le nord de l’Inde. Le mot Kathak dérive du mot « Katha », l’art de raconter une histoire. L’expression « Katha Kahe so Kathak » signifie que quiconque raconte une histoire, en dansant et chantant est un Kathak.

 

Les mouvements des mains (mudras), et du corps, combinés aux expressions (abhinayas), étaient utilisés pour narrer une histoire, accompagnés de musique et de chant. Ainsi naquirent le Kathak et les Kathakars.

A l’origine, les Kathakars racontaient des histoires mythologiques (harikatha) dans les Temples Hindous du Nord de l’Inde. Il ne fait donc nul doute que leur art était profondément imprégné de spiritualité, religion, et philosophie hindoues.

 

La connaissance des Kathakars – compositions et chorégraphies – se transmettait oralement de génération en génération. Entre le 12e et le 18e siècle, le Kathak était pratiqué dans les somptueux palais des Empereurs Moghols, mais aussi avant dans les cours des Maharajas Hindous. Du statut d’art totalement dévotionnel, le Kathak devint une danse de cour, un agrément destiné au loisir de puissants Seigneurs. Il s’enrichit alors considérablement, puisant des éléments de la culture persane, et évoluant ainsi en accord avec l’esthétique de la culture musulmane.

 

La forme de Kathak que nous connaissons aujourd’hui remonte à l’ère moghole, période pendant laquelle les expressions et gestes gagnèrent en subtilité. Les artistes étaient en effet capables de dépeindre un sujet de différentes façons, chacune ayant un large éventail de nuances. La danse pure (nritta) devint plus sophistiquée et rapide, le rythme, les mouvements et pirouettes plus complexes. Pendant cette même période, le Kathak se vit également imprégné de poésie Urdu, et de poèmes en Braj (un des derniers empereurs moghols, Wajid Ali Shah, composa lui-même plusieurs chansons sur Krishna en Braj).

 

 

De nos jours, le Kathak est la seule forme de danse classique indienne qui présente une forte symbiose entre les cultures hindoues et musulmanes.


Maitryee Mahatma

Née à Calcutta, Maitryee Mahatma est danseuse de Kathak, formée notamment par Shikha Khare, Sharmila Sharma, Pandit Ashimbandhu Bhattacharya et Pandit Birju Maharaj, le plus grand maître du style (Lucknow). Sur scène depuis l’âge de dix ans, sa danse est marquée par un travail rythmique virtuose et la subtilité des expressions. Elle est également titulaire d’un Doctorat en Lettres françaises (Université Paris 13, 2008). Sa thèse « Sita et ses doubles : mythes et représentations dans l’oeuvre d’Ananda Devi » est le fruit d’une recherche sur les figures féminines mythiques indiennes et l’a poussée à réfléchir sur l’identité ancienne et actuelle de la femme Hindoue. Ces réflexions influencent considérablement son rapport à la danse.

 

Maitryee vit en France depuis 2002, et se produit régulièrement en Europe avec des chanteurs, des musiciens et danseur indiens très connu (Pandit Narendra Mishra, Pandit Sukhdev Prasad Mishra, Pandit Saugata Roy Chowdhury, Nabankur Bhattacharya et Pandit Chiranjib Chakrabarti et Pandit Ashimbandhu Bhattacharya) dans des récitals de Kathak, ainsi que dans des projets déclinant les thèmes de la rencontre des cultures et des arts. C’est le cas d’ « Indalousie », création danse et musique sur des répertoires indien, arabo-andalou et mauresques (Bonlieu, scène nationale d’Annecy, 2010, Festival de musique sacrée, Abbaye de Sylvanès, 2010), de « Quand le silence crie », création Kathak et Flamenco avec la danseuse La Rubia (Cité de la Musique, Marseille, 2010), de son spectacle « Rassa », avec le groupe Jhankar dont elle est l’un des membre fondateur (Festival d’Art sacré de Vauvenargues, 2010, Musée Guimet, Paris, 2011, Festival Le Monde est en Région, Dignes les Bains, 2014), du spectacle « L’Eveil », rencontre avec le danseur Filibert Tologo (danse afro-contemporaine) et le groupe Gender Revolution (MICR et Festival de l’Aube, Genève 2010, 2011), de « Chrysalide », rencontre avec l’auteur-compositeur belge Reynald Halloy (Radhadesh, Belgique, 2012, Alliance Française, New-Delhi, Inde, 2013), de « L’offrande lyrique », hommage au poète Rabindranath Tagore ( Cité de la Musique, Marseille, 2011, Théâtre Jeu de Paume, Aix en Provence, 2016) ; des spectacles mêlant texte, danse et musique « Sohamasmi » (Teatro Nuovo, Come, Italie, 2012), et « Durga, c’est moi », sa création (Festival La Cour des Contes, Genève, Cité de la Musique, Marseille, 2013) ; elle est directrice artistique d’ « Alice en Inde », (Festival Marseille 2013 Capitale de la Culture), et de sa toute dernière création « Ashtanayikas – les huits visages de la femme amoureuse» qu'elle a monté dans le cadre du Festival Namasté France (Cité de la Musique, Marseille, 2016).

 

Maitryee anime des stages et des master-class de danse Kathak (CNSM de Lyon, 2011) au (Festival des Suds à Arles, 2012 ) au (Concervatoire de Brive, 2013) et à (l'AKDT Neuf Château, Belgique 2013-2014), à (l'Uni Mail, Genève 2016-2017). Depuis 2015 elle propose des stages trimestriels à la Cité de la Musique, Marseille. Elle est également intervenante à l'Institut International des Musiques du Monde dpuis 2016.

 

 

Elle s’exprime à son sujet (Emission « Surpris par la nuit », France Culture, 2004). Elle vit actuellement à Marseille où elle enseigne et participe pleinement à la vie culturelle régionale.


Agenda

Cours Hebdomadaires 

Mardi - 18H00 - 20H30

Centre d'animation Dugommier, 12, Boulevard Dugommier, 13001 - Marseille

 

 

Stages 

13 & 14 Octobre 2018

Cité de la Musique

4, Rue Bernard du Bois, 13001 - Marseille  FRANCE

 

Du 18 au 30 Octobre 2018

Suède & Oslo

 

Du 11 au 16 Février 2018

Cité de la Musique

4, Rue Bernard du Bois, 13001 - Marseille  FRANCE

 

 

Pour vous inscrire :

asso.taal.tarang@gmail.com

06 67 39 02 90