Alter Ego        Ashtanayikas        Chrysalide        Offrande Lyrique        Rassa

 

Distribution

Christian FROMENTIN - Directeur artistique  violon  &  gheytchak

Philippe GAUBY - Guitare

Nabankur BHATTACHARYA - Tabla

Maitryee MAHATMA - danse kathak

Morgane TREHEUX - Comédienne

Madhubanti SARKAR - Chant

 

La Cie JHANKAR



L ' Offrande Lyrique

Hommage indo-français à Rabindranath Tagore

 

Il y a 100 ans, le premier prix nobel extra-européen est venu d'Inde, apporter un message de paix, de tolérance, d'ouverture au monde avec pour seules armes des mots et des chants. Aujourd'hui, les hymnes nationaux de l'Inde et du Bangladesh sont ses propres compositions.

 

Ce génie de l'Inde contemporaine incarne avant l'heure la réconciliation et la richesse des différentes religions : islam, hindouisme, christianisme, sikhisme, boudhisme...

 

Sur ses traces, six artistes d'Inde et de France se retrouvent pour une célébration virtuose, pleine de ferveur et d’émotion.

 

 

Avec ce nouveau spectacle, la Compagnie Jhankar s'oriente vers la création ouverte entre monde indien et français. Poésie, chant, musique et danse se mêlent, fusion d'influences orientales et occidentales. Sur scène trois hommes et trois femmes, trois artistes bengalis (région de Tagore) et trois artistes français se réunissent pour un hommage «indo-français», marque de fabrique de la Cie.  


"Tagore aurait-il pu rêver mieux qu’un hommage à ce point fidèle à l’universalité de son génie ? Les six artistes ont sans doute, plus que quiconque, compris l’ampleur de l’œuvre du poète, son intemporalité et sa complexité.

A l’émotion du texte, répondent l’écho du chant, le rythme du tabla, les sonorités de la guitare manouche ou du violon irlandais... La danse emplit l’espace…
Où sommes-nous ? Les chants de Tagore nous désorientent, nous dépaysent, nous renvoient à ses rencontres, à ses passions. On y croise Romain Rolland, Gandhi, Yeats, Bergson, l’humanité toute entière.
Un voyage sans fin que le dernier applaudissement nostalgique n’interrompra plus.
Merci Jhankar."

Hubert Laot (directeur de l'auditorium du musée national des arts asiatiques Guimet, Paris)